Portrait in wine : Thomas Bravo-Maza (1/2)

Portraits "in wine"

Thomas Bravo-Maza, 47 ans, est journaliste d’investigation. Il vient d’ouvrir au 25 rue Hérold à Paris, une cave nommée DIVINS. Il y officie avec Laurent Valraud, présent tous les après-midis. Il est depuis 16 ans journaliste à La Revue du vin de France, où il est journaliste grand reporter et dégustateur associé. Spécialiste reconnu d’oenotourisme, il y possède sa rubrique mensuelle depuis 2004 dans laquelle il arpente en solitaire les vignobles du monde entier et livre mes coups de cœur concernant les grands vignerons d’aujourd’hui et de demain. Son travail journalistique l’a également amené à animer la page vins du magazine Elle de 2004 à 2008, et à signer, en outre, de nombreux articles pour l’Amateur de Bordeaux, L’Express ou Gault&Millau. Il a fait équipe pendant plus de 4 ans avec Jean-Pierre Coffe avec qui il a cosigné l’ouvrage  « mes vins préférés à moins de 10 euros », guide classé bestseller à chaque édition, et avec qui il a coanimé l’émission Ca se bouffe pas ça se mange, sur France Inter, pour les saisons 2005-2006 et 2006-2007. Depuis 2009, il est réalisateur de films documentaires : il a signé en outre « Quatre saisons à la Romanée-Conti », un film coproduit par France Télévisions et France 3.

Propos recueillis à Paris le 8 novembre 2017.

Que boit-on ?

Un vin emblématique pour moi, on boit un vin aux notes très sauvages qui est un Ventoux, 2013, du domaine Vindémio (ancien domaine Le Murmurium) cuvée funambule. Derrière ce vin, il y a un vigneron que j’admire beaucoup : Jean Marot (comme le poète). C’est un homme qui incarne quelque chose qui me touche au plus profond de moi. Le vin, ça a une morale, c’est pour ça que j’aime le vin. Le vin ça parle de courage, de renoncement, de résistance, de la mort, de la renaissance, d’immortalité, de vent, de soleil qui grille à midi, ça parle aussi de ce que Pierre Veilletet appelait un « entêtement de civilisation », c’est-à-dire d’hommes et de femmes qui, au quotidien, se battent pour ramener la vie et la mettre en bouteille. Et Jean Marot est un de ces fieffés entêtés. Il était pharmacien, il s’était passionné pour la phytothérapie naturelle. Il est devenu vigneron dans les contreforts du Ventoux. Tout me touche là-bas dans ce paysage qu’est le Ventoux : c’est la montagne la plus isolée de France, ce sont des chaleurs extrêmes, des rafales de vent particulièrement fortes. Cet homme fait un travail remarquable avec des rendements très bas, il travaille en biodynamie, est membre de « Renaissance des appellations », mais il a toutes les difficultés du monde pour valoriser ses vins malgré l’engouement de la critique. Ses vins ont besoin d’être expliqués, racontés.

On comprend tout de suite que pour toi, « le vin, c’est beaucoup plus que le vin » pour reprendre les mots du poète Jean-Claude Pirotte.

Exactement. Jean-Claude Pirotte m’a vraiment marqué. J’ai appris son existence par Franz-Olivier Giesbert qui évoquait le roman Cavale. Je suis tombé amoureux de l’écrivain et de l’homme. En connais-tu beaucoup des avocats qui ont fait évader leurs clients ? C’est par la littérature que j’ai connu Pirotte, c’est un livre essentiel de ma cave…. euh de ma bibliothèque !

Où est-on aujourd’hui ? Quel est le concept de cet endroit ?

On est à 50 mètres de la place des victoires, on est tout près d’un des plus beaux jardins de Paris, le jardin du Palais Royal. On est au cœur de ce Paris historique, un Paris ouvert aux idées, curieux, qui peut écouter un certain nombre de choses détonantes dans le monde du vin. C’est un quartier atypique, attachant et vaste. Comme il est vaste, il me permet d’accueillir des gens pour leur vendre du vin, mais surtout pour leur parler du vin. Le concept de DIVINS c’est d’être un intermédiaire, et pour moi, c’est ça le rôle essentiel d’un caviste, c’est d’être un intermédiaire prolixe entre les amoureux du vin (simple débutant ou amateur aguerri) et ceux qui font le vin, les vignerons. Je trouve que trop de bistrotiers et de cavistes ont vendu leur âme au diable, ils se sont déshonorés en passant des contrats avec les grands groupes de distribution. Ils ne se sont pas mis en mesure de faire de vraies sélections…

Donc derrière ce mot DIVINS, est-il aussi question de « dire le vin » ?

Il y a effectivement ce jeu de mots. C’est divin, car un grand vin nous fait dire quel goût divin, quel palais divin, mais il y aussi ce jeu de mots très bien compris par cette graphiste de grand talent (qui a fait le logo de la cave) : dis-moi le vin !

Qu’est-ce qui t’a guidé dans le choix des vignerons dont tu proposes les bouteilles à la vente ?

Depuis 16 ans, j’ai bourlingué dans les vignobles tout autour du monde : en Nouvelle-Zélande, en Croatie, en Grèce, en Allemagne, en Europe du nord pour voir des vignes extrêmes. Il y a une exception, l’Afrique du sud, où je ne suis jamais allé pour des raisons personnelles et politiques.

J’y ai à chaque fois rencontré les vignerons. Aller en reportage c’est entrer en vigne avec les vignerons. C’est passer beaucoup de temps avec eux, pour juger, sélectionner leurs vins, mais surtout tenter de les comprendre.

La sélection de DIVINS, c’est le fruit de ces 16 ans de voyages. Je voudrais que la personne qui passe le seuil de DIVINS, vienne y faire un voyage.

J’aime beaucoup cette phrase de l’humoriste Gaspard Proust qui dit : « Pour moi, l’œnotourisme, c’est l’offrande du vigneron qui m’invite à s’asseoir dans sa cave pour l’écouter parler. J’adore ! C’est l’intime du vin qui me plaît ». L’oenotourisme aide-t-il à mieux comprendre le vin ?

Je partage profondément cette vision des choses. Aller chez un vigneron ce n’est pas emplir son coffre de bouteilles, c’est prendre du temps pour l’écouter parler, aller en vigne avec lui, c’est préalablement avoir acheté quelques-unes de ses bouteilles et les déguster in situ. Dans mon film « Quatre saisons à la Romanée Conti », Bernard Pivot dit : « le vin, c’est une boisson mais c’est surtout de l’histoire et de la géographie », une « géographie liquide » que nous a notamment raconté Roger Dion dans les années 50 (il faut lire Roger Dion, Le paysage et la vigne. Essais de géographie historique). C’est ce rapport au lieu. Boire un vin, c’est boire de l’humain, un paysage, une exposition, un sol. Le grand vin, il ne faut jamais oublier qu’il vient de tout ça.

Quel paysage viticole t’émeut le plus ?

Il y a d’abord les grands classiques : j’ai été stupéfait par les pentes du Valais Suisse et du pays vaudois entre Lausanne et Montreux dans le vignoble du Lavaux. La Suisse n’est pas qu’un paradis fiscal, c’est aussi un paradis buccal ! Dans ses pentes vertigineuses où les vignerons travaillent au treuil et avec des monorails, on y trouve des choses sublimes dans la capacité de l’homme à faire un territoire à sa main, à y produire le meilleur dans des conditions très difficiles, très physiques, voire périlleuses (toute chute peut être mortelle). C’est une belle illustration du courage du vigneron. Moi qui suit fou de montagne depuis toujours, je suis très sensible à cela. J’ai d’ailleurs un rapport très amical avec Jacques Perrin, le patron de CAVESA, caviste à Genève, immense dégustateur et alpiniste émérite.

Je pense aussi à Santorin, paysage improbable pour la vigne avec ce vent et cette mer Egée qui peut être si difficile. C’est un beau paysage, mais aussi un paysage qui ramène à l’homme, à cet entêtement qui amène l’homme à produire du vin. La vigne du cépage Assyrtiko s’enroule pour se protéger des vents forts, elle produit peu, mais elle capte tous les embruns marins pour les restituer dans le verre.

Il y a aussi la Croatie et ses différentes îles en face de Split et Dubrovnik. Le cap corse aussi. Après il y a d’autres paysage inattendus qui m’ont bouleversé : le pays basque par exemple.

Mais il y a surtout les vins de l’Yonne. Quand je dis que le vin a une morale, c’est dans l’Yonne qu’on le comprend le mieux. J’ai tout comme le journaliste et écrivain spécialiste du vin Jacques Dupont, un amour pour les vins de l’Yonne : un amour bien sûr pour la grandiloquence de Chablis, mais surtout pour tous ces petits vins autour, qui sont la quintessence du vin. Je pense en premier lieu à Irancy : abordé par la route de St Bris le Vineux, on arrive à un col avec une table d’orientation qui se situe au-dessus du village d’Irancy. Quand on a le bonheur de découvrir Irancy à la fin du mois d’avril, au moment où les cerisiers sont en fleurs, les coteaux de vigne en amphithéâtre sont sublimes. C’est une émotion qui prend à la gorge. Il m’est arrivé plusieurs fois de m’arrêter en larmes sous les cerisiers. Les vins rouges d’Irancy me plaisent énormément. Ce sont pour moi des oxymores, je raffole de leur rusticité raffinée…

Lorsque tu évoques ces cerisiers en fleurs, on pense forcément à la civilisation japonaise. Pierre Veilletet écrivait que « le vignoble est haïku ». Ne trouves-tu pas qu’Irancy est une belle illustration de cette phrase ?

C’est tout à fait ça. Au Japon, quand arrive le moment des cerisiers en fleurs, il y a des cérémonies (HANAMI) familiales et entre amis : on y célèbre la nature, la beauté, la petitesse de l’homme (WABI) face à la beauté de la nature, on y célèbre le vivant, l’amitié. C’est tout ce que j’aime dans la plus grande simplicité. Tout est là, il faut aller vers l’épure.

Je reprends toujours à mon compte ces mots de Saint-Exupéry que m’avait glissé à l’oreille Jean-Marie Guffens (grand vigneron du Mâconnais): « la perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer… ».. C’est la route que j’essaie de faire à ma mesure, avec le temps dont je dispose. J’essaie petit à petit de me défaire du superflu pour garder que l’essentiel. Cela doit être notre chemin de vie à tous. C’est comme cela que j’envisage le vin de plus en plus. Et les vins de l’Yonne nous ramènent à cette recherche de simplification, qui est tellement lumineuse, un peu comme les tableaux de Pierre Soulages qui apparaissent noirs, mais qui sont lumière avant tout.

D’où est né ton amour du vin ? Quel est l’évènement fondateur ?

Il y a plusieurs évènements. Il y a un moment où c’est le vin qui vous prend, vous entoure. On ne choisit pas le vin. C’est le vin qui nous choisit. On est pris par l’émotion du vin. Le vin est entré joyeusement dans ma vie il y a 27 ans (j’avais 20 ans). Dans mon film « Quatre saisons à la Romanée Conti », il y a une séquence très profonde avec Monsieur Aubert De Villaine, où il me dit « la Romanée Conti, c’est un peu comme quelque chose qui vous dépasse, qui vous prend ». La Romanée Conti, c’est la Lorelei du vin.

J’ai eu la chance d’avoir des émotions fortes à 20 ans avec le vin. J’ai tout de suite su que ma vie allait en être bouleversée. Après, il y a eu des contextes, des évènements, des rencontres, qui tous ont contribué à mon amour du vin.

A propos de ces rencontres, tu as travaillé notamment avec Jean-Pierre Coffe. Quelle place occupe-t-il dans ta vie ?

Jean-Pierre est vivant dans cette cave, son âme est présente partout ici, via par exemple l’étiquette des vins produits par Laure Gasparotto (qui pendant un temps, m’a remplacé auprès de lui). J’avais des rapports parfois houleux avec lui, mais souvent vrais. On a travaillé presque 5 ans ensemble, on a fait trois livres ensemble. Grâce à lui, j’ai pu boucler 3 tours de France en 4 ans sur plus de 100 000 km au total. Cette expérience incomparable, je la lui dois.  

J’écoutais il y a quelques jours Gérard Depardieu chanter Barbara sur France Inter. Barbara est l’une de mes héroïnes. Un moment d’une intensité exceptionnelle. Écouter Depardieu chanter Barbara, c’est pour moi aussi une façon de me rapprocher du meilleur de Jean-Pierre, tout un sens exacerbé de l’amitié. Cela m’a rappelé le jour des obsèques de Jean Carmet : ce jour-là, Gérard Depardieu et Jean-Pierre Coffe se rendent au chevet de Carmet, tous les deux ouvrent une bouteille devant la dépouille de Carmet sur son lit de mort, ils prennent une gorgée et placent un peu de vin qu’ils ont dans leur bouche entre les lèvres de Jean Carmet. Tout est dit…. Cette force de l’amitié au-delà de la mort. Quand je disais que le vin parle de la mort, de la renaissance et d’immortalité, c’est bien de cela dont il s’agit.

A suivre…

Publicités

Vin’île

Actualité vineuse

IMG_9451

Se rendre sur une île, c’est quitter le vacarme du monde, c’est prendre le temps de rentrer en soi-même (comme le fait un grand vin qui infuse dans tous nos sens), c’est s’enivrer de silences et de douces rêveries contemplatives, c’est sentir le goût vivifiant de l’iode, c’est s’émerveiller des subtiles lumières marines chères à William Turner, c’est redécouvrir la joie de voir la voie lactée (« nous sommes tous dans la boue, mais certains d’entre-nous regardent les étoiles » s’amuserait à dire avec malice Oscar Wilde), c’est égrener par poignées le sable : « cette matière de fin du Monde, où tout est aboli dans une pureté, une douceur lumineuse infinies » (Alfred Manessier). Bref, ce sont des moments de délicate beauté...

IMG_9734

« Bonheur de l’aube » ( © Léon Mazzella) sur l’île de Sein

Enfin, c’est déguster un verre de vin’île …

Hatzidakis_Santorini_Cuvée-no.15_PresseRaisin-738x445

en écoutant black sails de ce groupe de jazz (aux envolées électro-planantes) qui nous vient du Royaume-Uni : https://mammalhands.bandcamp.com/track/black-sails

IMG_9617

« Au petit matin,

La nuit se dénude de ses dernières étoiles

Le haut du ciel se teinte de nacre

Et le soleil illumine les confins de l’Orient

Que le phare balaie encore de ses feux.

 

La terre frémit et s’éveille,

Des froissements d’ailes

Calligraphient le ciel. »

 

IMG_9735

« Sur ce bout de terre émergeant de la mer infinie

Dévoré par les assauts sensuels de l’océan,

Balayé par les rafales salines du vent…

 

La mer se veine de ridules d’écume,

Et la clameur des vagues gronde déjà sur le sable…

La splendeur ne dure qu’un instant

Et le tumulte une éternité… »

Elle est née la « Divins cave » !

Actualité vineuse

« Les savants souffrent d’un complexe du vin. Il ne fait pas sérieux.  En effet, il n’est pas sérieux, il est divin. (…) De toute humanité, une seule chose est sûre, le vin est un dieu. Un dieu si évident pour tous qu’il a pu passer d’une civilisation à l’autre sans changer d’état civil : Dionysos et Bacchus sont interchangeables . » (Raymond Dumay, La mort du vin).

©Cave Divins

La divine cave gourmande parisienne est née, lovée dans son écrin noir très « soulagien » au cœur de la rue Hérold (numéro 25) à deux pas de la place des Victoires et des jardins du Palais Royal. Comme dans les toiles de Pierre Soulages, du noir jaillit la lumière, celle du verre de vin qui épouse le soleil….. Derrière la lourde vitre, on décèle de nombreux flacons alignés sur des étagères pleines de promesses…

Le patron des lieux, c’est Thomas Bravo-Maza, un très bon ami journaliste (spécialiste de l’oenotourisme à la Revue des Vins de France notamment, réalisateur du magnifique film « Quatre saisons à la Romanée Conti », auteur avec Jean-Pierre Coffe du guide « Mes vins préférés à moins de 10 euros » etc), érudit à la sensibilité vineuse aiguë, à la passion bachique communicatrice et exigeante, fin connaisseur des vignerons faiseurs de vins de caractère (avec qui il a conservé un lien étroit) et enfin ardent défenseur du goût du vin.

Thomas a toujours été animé par cette envie irrépressible de faire connaître et faire partager ses coups de cœur pour les grands vignerons d’aujourd’hui et de demain, de France ou du bout du monde. Pour ce faire, il a sélectionné dans sa cave 250 références ! Vous y trouverez des vins rares, des vins étonnants d’ici ou d’ailleurs, toujours faits par de grands vignerons, des hommes et des femmes dépositaires de savoir-faire uniques, dans le respect de l’homme et de la nature.

©Cave Divins

A la Divins cave, on est loin d’une offre vague et impersonnelle d’un caviste lambda…  Dans une approche émotionnelle, Thomas nous clame avec grande sincérité, son amour du beau vin, son profond respect pour l’œuvre des vignerons. Ecoutons-le nous chuchoter ceci :

« Le goût du vin, avouez que ce sont surtout des images, et c’est cela aussi qui nous plaît. En bouche, le vin procure alors des émotions si précises que le souvenir d’une œuvre et de ses détails les plus infimes revient vous étreindre. »

Par son approche, Thomas redonne clairement vie à ces mots de Francis Ponge (Pièces) : « Comme de toutes choses, il y a un secret du vin ; mais c’est un secret qu’il ne garde pas. On peut le lui faire dire, il suffit de l’aimer, de le boire, de le placer à l’intérieur de soi-même. Alors il parle… »

Le vin est l’art du temps. Chaque bouteille est unique, elle renferme un instant d’éternité. Thomas qui a bien connu Claude Chabrol vous répondrait : « il n’y a pas de grands vins, il n’y a que de grandes bouteilles » ! Incontestablement, sa cave en recèle…

©Cave Divins

 

Salivation

Littérature spiritueuse

 

La salive s’étire entre les rives de mes lèvres,

Mes papilles sont prises dans le ressac du vin,

Qui mugit dans ma bouche…

Salivation de désir,

Salivation d’impatience,

Salivation intertidale…

Mes papilles excitées par le sel

Sont happées

Par l’enroulement impétueux des vagues

Par la sève saline

Par l’inlassable balancier de l’écume

Lubrification marine

Dont l’aller-retour frissonnant

Est une émulsion salivante et désaltérante

Qui clame les scansions de la mer

Par l’étreinte d’un baiser vineux,

Vibrant et iodé !

ob_bd8c8b_img-6657

 

 

Un vin sauvage…

Littérature spiritueuse

Dans le petit lexique du vin, on trouve cette définition du caractère « sauvage » d’un vin : « un vin au caractère indomptable, fougueux voire trop rustique que des tannins trop prononcés peuvent accentuer. » Cette définition  est extrêmement réductrice et à connotation négative…

Qu’est-ce qu’un vin sauvageon ?

Un vin à poil ? Un vin à la virilité plantigrade ou wisigothe ? Un vin à la fauvitude tannique et à l’expression grossière ? Un vin aux arômes bruts et à la puissance bramante ?

Un vin sauvage, ce serait donc l’émanation vineuse de Conan le musculeux barbare ou de Xena la bombasse guerrière en cuir ??

NDLR : Pour éviter tout malentendu, laissons immédiatement de côté la triste bestialité du vin, conséquence d’une déviance aromatique due à une mauvaise hygiène des chais favorisant le développement de levures indésirables, les Brettanomyces. Ces Bretts donnent au vin un goût âcre, d’excréments et de sueur animale, rappelant les odeurs d’écurie.

Les grandes syrahs rhodaniennes, les grands Bandols ou les vieux pinots noirs sont terriblement plus complexes dans leur sauvagerie animale : on y décèle des arômes de cuir, de venaison, de jus de viande, de sous-bois  (champignons, mousse et humus).  Ils ont en eu la sauvagerie dont nous parle si bien l’un de nos plus grands écrivains actuels, Pascal Quignard :

« Sauvage est un mot merveilleux. Peut-être le plus beau mot que je sache et dont le contenu est le plus riche. Sauvage ne veut pas dire féroce par rapport à ce qui est domestiqué, barbare par rapport à ce qui est civilisé, comme les lexicologues ont pris l’habitude de le définir. Le mot latin se décompose simplement : solus + vagus. À Rome est solivagus celui qui erre tout seul. Celui qui, aussitôt finie la saison des amours, décide de faire de sa solitude un territoire indérangeable.

Seule la sauvagerie cherche la paix, l’écart, la contemplation. Dans l’ordre arithmétique le sauvage constitue l’inquantifiable, ce qui ne suit ni la règle générale ni l’inclusion, ce qui fait exception : ce qui va seul est sans multiple. Cette soli-vagance délivre l’imprévisibilité – c’est-à-dire le temps en personne. Dans la sauvagerie, ce n’est pas la violence qui intimide, mais la surprise qui confond. C’est ce qui surgit sans qu’on s’y attende. C’est l’unique ruse de fond que connaisse la nature. Le sauvage devance l’idée même de “cause” dans l’extériorité. C’est l’explosion physique originaire qui se poursuit dans le sauvage. Les “Planètes” en grec signifiaient les “Errantes”. Les planètes sont comme les comètes du Jadis lancées du haut du ciel. Les éclairs dans le noir. Les attaques foudroyantes. Le sperme qui soudain jaillit “prend de court” le corps lui-même dans un instant extraordinaire de joie.

Les voluptés animales et humaines sont profondément solivagantes. Les “attacca” à l’origine étaient des stratagèmes de carnivores. Ne laisser aucun temps entre la menace et l’assaut. Le faucon tue par le simple choc qu’il provoque en piquant sur sa proie. Il mange vivant, dans le sang jaillissant, une proie assommée. Tel est sans doute le cœur féroce et pulsatile de la musique. C’est ainsi que les attacca devinrent les premières mesures bouleversantes sous les doigts des musiciens. Enfin ce sont les splendeurs des incipit des livres. »

En définitive, sauvage est sans doute l’un des plus beaux qualificatifs du vin : il caractérise un vin foudroyant, à l’attacca franche, à la tension jaillissante, à la volupté animale percutante, au fruité explosif qui condense les arômes des myrtilles des Vosges et des fraises des bois ! Un vin qui déploie une merveilleuse soli-vagance en bouche…

 

Une nouvelle pépite languedocienne…

Itinéraire capiteux

Avec le Clos de la Barthassade (Guillaume et Hélène Baron), l’esprit bourguignon souffle sur le vignoble d’Aniane…  Cette petite pépite viticole languedocienne est sans doute une future grande référence de demain (NB: le domaine a été désigné « révélation 2017 » par la Revue des Vins de France)!

Inspirés par leurs expériences professionnelles en Bourgogne (et pas chez n’importe qui, jugez-en par vous-même :  Sylvain Pataille à Marsannay, Dominique Derain à Saint-Aubin, domaine de La Pousse d’Or à Volnay), Guillaume et Hélène Baron ont réalisé leur première vendange en 2014.

Leur parcellaire de 9,25 ha cultivés en bio est constitué en totalité de vieilles vignes (30-40 ans) sur terrasses caillouteuses. Pour les cépages rouges : grenache noir, syrah, mourvèdre et cinsault répartis sur les communes de Montpeyroux et Jonquières. Pour les cépages blancs : roussanne et chenin cultivés sur la commune de Saint-Saturnin dont le terroir argilocalcaire est propice à l’expression d’une belle fraîcheur en blanc. A l’avenir, le domaine devrait d’ailleurs y expérimenter du chardonnay !

Le nom du domaine provient de cet îlot de vignes complantées en cinsault/mourvèdre/grenache de part et d’autre d’un chemin bordé d’oliviers et tirant son nom du bois qui se situe en contre-bas de l’îlot (en occitan, le bartàs signifie « buisson, broussaille »).

Les vignes sont cultivées en bio avec des doses de cuivre réduites au minimum, la taille est sévère, puis les vignes sont épamprées et soigneusement ébourgeonnées. Les raisins sont vinifiés de manière traditionnelle : levures indigènes, raisins partiellement ou totalement égrappées en fonction de la maturité des rafles, très peu de SO2 lors de la vinification, encuvage et décuvage par gravité, foulages et méthodes d’extraction très douces, durées de cuvaison entre 2,5 semaines et 3 semaines.

Le domaine a mis les moyens : une cuverie récente haut de gamme qui permet de réaliser des vinifications parcellaires dans des cuves inox thermorégulées, et un élevage dans des fûts/demi-muids produits par les meilleures tonnelleries artisanales du monde (Stockinger, François Frères etc). Les moyens sont clairement à la hauteur des ambitions du domaine.

 
Les raisins blancs sont vinifiés puis élevés en fûts et demi-muids après débourbage statique, à la bourguignonne. La durée d’élevage varie entre 12 et 15 mois sur les blancs et 12 à 24 mois sur les rouges. Globalement, le domaine utilise très peu de bois neuf et a également recours aux œufs béton de 7hl pour certaines cuvées.
Le domaine produit :
– 2 cuvées en AOC Terrasses du Larzac (« Les Gravettes » : 50% grenache/30% cinsault/20% syrah, et « Les Ouvrées » : syrah majoritaire/grenache/mourvèdre) ;
– 5 cuvées en IGP Pays de l’Hérault (dont deux blancs : un 100% cinsault blanc absolument bluffant, et la cuvée « les Cargadous » : chenin majoritaire/roussanne : plantage assuré à l’aveugle ! ).

Dégustation sur fûts du millésime 2016 :

Globalement l’ensemble des jus dégustés (grenache, cinsault, syrah, mourvèdre, chenin, roussanne) dégage immédiatement une réduction (liée à la difficulté de vinifier le millésime 2016 selon Guillaume Baron), mais qui (of course) préserve les jus et disparait rapidement à l’oxygénation.

Elle laisse alors éclater une bouche dense, un fruit charnu et gourmand, rehaussé d’un élevage bien intégré et porté par des tanins très fins. On est incontestablement face à une vinification technique, précise et très maîtrisée.

Focus sur deux cuvées du domaine :

  • IGP Pays de l’Hérault « Les Cargadous » 2015 : le nez dégage des senteurs de citron confit, de poire et de coing. La bouche pleine de richesse, s’illustre par de beaux arômes minéraux. Un vin équilibré, harmonieux, et ébouriffant !
  • AOC Terrasses du Larzac « Les Ouvrées » 2015 : le nez est très typé grenache (épice, fruits noirs), et le mourvèdre apporte une touche cacaotée. La bouche est friande, toute en rondeur, pleine, avec des notes de petits fruits rouges. Dieu que c’est bon et complexe!

Le Clos de la Barthassade réalise clairement des vins de haute voltige : on sent beaucoup de travail pour arriver à cette harmonie, cet équilibre et cette profondeur de fruit. Le style est tout en finesse : des vins infusés, peu extraits, avec beaucoup de fraîcheur. Un domaine à suivre de très près…

Le sentiment oenocéanique

Littérature spiritueuse

L’expression sentiment océanique apparaît pour la première fois dans une lettre de Romain Rolland adressée en 1927 à Sigmund Freud:

« Mais j’aurais aimé à vous voir faire l’analyse du sentiment religieux spontané ou, plus exactement, de la sensation religieuse qui est (…) le fait simple et direct de la sensation de l’éternel (qui peut très bien n’être pas éternel, mais simplement sans bornes perceptibles, et comme océanique). »

La référence à « l’éternel » est évidemment une allusion à Spinoza, qui recommande de voir les choses « sous l’aspect de l’éternité », mais Romain Rolland lui préfère le terme d’ « océanique » !

Celui-ci rappelle davantage l’éveil spirituel où l’on trouve fréquemment la comparaison entre l’océan (l’univers) et la vague (l’individu) comme métaphore de la dilution de l’individu dans l’univers.

Le sentiment océanique est donc un sentiment d’appartenance au Grand Tout. Il se réalise dans une fusion avec celui-ci et dans une dépossession de l’individualité.

Point de béatitude naïve dans tout cela ! Il s’agit davantage d’un état de pleine conscience face à la beauté du monde qui nous éclate aux yeux…. un état où l’on devient totalement perméable aux fééries du visible.

Certains paysages viticoles sont incontestablement sources d’un sentiment océanique. Face à eux, prenez alors le temps de déguster un petit verre de vin (de paysage of course !)… et vous découvrirez alors le sentiment oenocéanique…

« Cette semaine, j’ai pris le temps de déguster quelques petits verres de vin en pleine conscience… (…) Ce qui est passionnant (…), ce sont les débuts, les tout premiers stades, lorsque l’on perçoit que notre vision du monde change sous l’effet de ce que l’on boit. Passionnant d’observer ce qui se passe alors dans nos esprits : apaisement et légère euphorie, recul et relativisation de nos soucis, réceptivité, sentiment d’amitié avec le monde et de fraternité avec les autres humains. (…) Capables de vivre des débuts d’ivresses sans alcool, des étourdissements subtils devant la vie, le monde, le soleil qui se lève ou qui se couche, l’océan, les montagnes, un soir d’été, un ciel d’hiver, la lune ou les étoiles… » (Christophe André)

Par ces mots, le très médiatique Christophe André évoque sans doute le sentiment oenocéanique, où le verre de vin devient un catalyseur d’émotions,  un activeur d’émerveillement au monde qui nous entoure.

Je terminerai par ces mots de Jean-Claude Pirotte qui font écho à tout cela : « le monde ne doit son existence qu’au regard qu’on lui porte »...

Quelques paysages viticoles … indéniablement oenocéaniques…

 

Les vignes d’or (Château-Châlon)

Vignes dans les lapilli (Lanzarote)

 Vignes, résineux et genêts au pied de l’Etna (Sicile)

Des vignes folles en Italie

L’amphithéâtre de vignes d’Irancy (Yonne)

Vignes coiffées d’un cèdre centenaire (Piémont, Italie)

Vignes vertigineuses du Douro (Portugal)

Vignes du Vinho Verde (Portugal)

« Celui qui, une fois, a aperçu, même momentanément et brièvement, ce qui fait la grandeur de l’âme humaine ne peut plus être heureux, s’il se permet d’être mesquin, égoïste, troublé par des accidents banals, plein d’appréhension de ce que l’avenir peut lui réserver. L’homme capable de grandeur ouvrira toutes grandes les fenêtres de son esprit, laissant les vents y souffler librement, de toutes les parties de l’univers. Il aura de lui-même, de la vie et de l’univers, une image aussi véridique que nos limites humaines le permettent ; prenant conscience de la petitesse de la vie humaine, il se rendra également compte que dans l’esprit de l’homme est concentré tout ce qui peut avoir une valeur dans l’univers connu de nous. Et il verra que celui dont l’esprit reflète le monde devient en un sens aussi grand que le monde. En se libérant des craintes qui obsèdent l’esclave des circonstances, il éprouvera une joie profonde et, à travers toutes les vicissitudes de sa vie sociale, il restera, au plus profond de lui-même, un homme heureux. »

Bertrand Russell, La Conquête du bonheur

 

 

Sottimano, Il Baccho del Barbaresco

Itinéraire capiteux

Au cœur des douces collines verdoyantes des Langhe se love un superbe domaine viticole : le domaine Sottimano (http://www.sottimano.it/) ! Il couvre 18 hectares, intégralement situés sur les trois communes principales de l’AOC Barbaresco (Neive, Treiso et Barbaresco). Les vins élaborés par ce domaine sont authentiques, sincères, et très délicats.

Amphithéâtre de vignes au lieu-dit Cotta (sols argilocalcaires)

Le plus grand soin est apporté à la vigne pour préserver l’écosystème (aucun intrant, pose de nichoirs pour les oiseaux, couvertures florale et enherbée entre les rangs de vignes) : les images parlent d’elles-mêmes !

Assemblée de pissenlits dans la vigne

Le domaine privilégie une vinification peu interventionniste : fermentations naturelles (levures indigènes), macérations longues (1 an sur lie pour compléter la fermentation malolactique), élevages de 14 à 24 mois en barriques bourguignonnes (peu de fûts neufs, environ 10%), pas de collage ni de filtration. L’ajout de soufre est limité au strict nécessaire lors de la mise en bouteille.

Verdict de dégustation :

  • Au nez, on est vite bercé par une danse d’arômes : des effluves d’épices, des brassées de roses et de pivoines, des notes de tabac, de cuir, de menthol et d’eucalyptus…
  • En bouche, les vins sont charnus, et se distinguent par une grande noblesse aromatique : notes de cerises, de compotées de fruits rouges, de violette, de réglisse et de myrtilles en fonction des cuvées.

Toutes les cuvées du domaine sont portées par un fruit sain et mûr, et possèdent ce toucher de bouche qui évoque assurément les vins féminins de certains terroirs de la Côte de Nuits, où finesse et intensité se conjuguent (ex: Chambolle-Musigny)…

En définitive, le domaine Sottimano offre une gamme de vins où fraîcheur, finesse, élégance et complexité sont au rendez-vous. Des cuvées légères et délicates comme les fleurs de pissenlits…

Anjou : feu !

La Loire comme vous ne l'avez jamais bue...

Il est des chefs d’œuvre vineux :

… cet Anjou blanc « A Françoise » signé Thibaud Boudignon en est un !

Thibaud Boudignon a commencé à vinifier en 2009 :  son style s’inspire des grands Saumurs blancs du domaine du Clos Rougeard ou du domaine Guiberteau avec des vins fermentés et élevés sous bois pendant 12 mois (il utilise des fûts du célèbre domaine Ramonet en Bourgogne). Les vignes encore jeunes (1990) expriment déjà toute la minéralité du sous-sol schisteux.

L’expression du chenin sur schiste avait déjà été portée aux sommets par Eric Morgat. Thibaud Boudignon l’a rejoint, dans une approche un peu moins démonstrative.  Ses vins sont ciselés, portés par une salinité salivante. En filigrane, la roche-mère (le schiste) est bien présente : elle s’exprime par des notes de pierre à fusil et de silex frotté. Le jus est vibrant, ébouriffant de pureté et de minéralité vivifiante, avec une allonge remarquable. On oscille entre droiture cristalline, pureté jaillissante, et tension foudroyante…

16908789_751708238338716_2389060753647730688_n

Pureté, Pierre Soulages.

Au nez et en bouche, on est confronté à une explosion de coings frais et de poires juteuses, dans laquelle s’immisce un bouquet de fleurs blanches.  Une petite note toastée révèle un boisé discret.

Les vins de Thibaud Boudignon sont délicats, subtils, et percutants. Ils possèdent l’épure, la fulgurance et la musicalité d’un haïku :

« La musique du haïku est le contraire d’une musique guerrière… pas de trompettes, à peine un bruit d’éventail, plié, déplié, quelques syllabes extraordinairement libres et légères…

un coup d’éventail imperceptible qui aura produit une onde capable de se propager à l’infini. »  (Philippe Jaccottet)

Thibaud Boudignon nous livre incontestablement une onde vineuse capable de se propager à l’extrême caudalie… par là même, il a définitivement mis Anjou les grands blancs de Bourgogne  !

Évocations picturales au domaine Ponsot

Dithyrambe de la Bourgogne vineuse

Pousser les portes de la cave du domaine Ponsot, c’est en quelque sorte pénétrer dans les réserves d’un musée des beaux arts. La cave recèle bien des merveilles, en voici sept …dégustées in situ au cœur de la Grande Bourgogne…

(Commentaires de dégustation : Rémi L. et François R.)

1/ Clos Saint Denis 2001

Robe brique. Nez avec de fortes notes de fruits rouges à noyaux, très kirché. Quelques notes giboyeuses. Bouche sur la finesse, avec des tannins soyeux, mais des notes d’évolution marquées par rapport à son âge. Un grand vin qui entame son dernier coucher de soleil…

Coucher de soleil à Pourville, pleine mer. Claude MONET

2/ Morey Saint Denis 1er Cru 1999 « Alouettes »

Belle robe rubis. Premier nez très expressif, très épicé (poivré), évoquant la syrah. En bouche,le vin développe une longue finale sur le poivre et le tabac. Un vin très charmeur et stylé, mais probablement au sommet, à boire sans attendre. Il procure actuellement un plaisir immédiat, on se pâme devant lui… une pâmoison renversante, qui tend au basculement du verre et du regard…

Le buveur, Annibal CARRACHE

3/ Chambolle-Musigny 1er cru Charme 2000

Robe grenat qui commence à briquer. Quelques notes animales au premier nez qui s’estompent ensuite. Le vin s’ouvre sur des petits fruits rouges : fraise, framboise avec un côté très bonbon.

Premier nez très ouvert, frais, très sensuel, avec de beaux arômes de rose fanée. A l’aération, on décèle des notes délicates de tabac mais qui restent très discrètes. En bouche, le vin oscille entre des arômes de fleurs et de fruits compotés. La finale est longue, portée par une belle fraîcheur.

Un vin séduisant, aérien, gracieux et délicat comme la corolle du tutu de mousseline des danseuses de Degas…

La danseuse, Edgar DEGAS

4/ Montrachet 2011

Robe or. Nez expressif mêlant l’acacia, les fruits à noyaux et une légère touche miellée.

Bouche très structurée, cristalline et florale, explosive avec une finale interminablement saline. Une magnifique vision du Montrachet, encore un peu sur la retenue mais dévoilant un sublime potentiel.

Une fulgurance, un éclat lumineux…

Hans HARTUNG

5/ Corton 2009

Robe violine d’une densité incroyable. Premier nez viril, sur un fruit noir très mûr, évoquant le menthol, le cacao. Bouche extrêmement puissante : fruits noirs très mûrs (cassis), chocolat amer. Les tannins sont extrêmement puissants mais nobles : ils demanderont encore 10 ans pour s’intégrer pleinement. Un monstre vineux en devenir : un gant de fer dans une main de velours, qui deviendra probablement sublime d’ici 10 ans.

Bref, un vin de feu signant une réelle vibration chromatique…

Bouteilles rouges, Nicolas DE STAEL

6/ Morey Saint Denis 1er Cru Monts Luisants 2000

Belle couleur jaune or pâle aux reflets verts. Au nez, on sent immédiatement un vin à la personnalité singulière, avec un léger coté encaustique, des effluves de fougère, d’acacia et de tilleul. Ce vin possède à la fois une belle minéralité et une belle rondeur. En bouche, on retrouve une belle plénitude : richesse et gras portent ce vin sur une finale de belle longueur, avec une acidité totalement intégrée. Un vin qui brille de mille feux…

Lever de soleil, William TURNER

7/ Clos de la Roche Vieilles Vignes 1999 

Le premier nez est très concentré, encore sur les petits fruits noirs. Puis à l’aération, on sent le poivre du sichuan, la girofle, la cannelle, et un léger coté animal (jus de viande).
La bouche développe une très belle matière : c’est soyeux comme la caresse d’une rose fanée, avec des arômes de pivoine, et une finale sur le tabac et le pruneau. C’est puissant, dense, avec de la mâche, mais les tannins restent remarquables de finesse.
A l’extrême caudalie, on perçoit quelques notes épicées, très charmeuses.
Incontestablement un grand vin qui se révèle au fur et à mesure de la dégustation en se transformant dans le verre. Un vin qui frôle la perfection… un vin divin, une merveille de la création !

Chapelle Sixtine, MICHEL-ANGE

Pour les fêtes de fin d’année, le meilleur des mariages entre vin et mets, c’est l’adultère !

Actualité vineuse

 

cranach-l-ancien-le-christ-et-la-femme-adultere-1532

Le Christ et la femme adultère, Lucas Cranach l’Ancien

Cette phrase n’est pas de moi, mais de Christian Millau, créateur du guide gastronomique éponyme, dans Le Petit Roman du Vin

A l’approche des fêtes de Noël, elle prend tout son sens ! Écoutons ce que nous confie cet amateur éclairé des plaisirs de la bonne chère :

« Le (bon) goût a besoin de normes. Le musicien a ses notes, le peintre ses tubes de couleur et l’amateur de la table veut entendre la petite musique qui résonne harmonieusement entre la texture d’un vin et celle d’un mets. Donc, il évitera les fausses notes et les unions malheureuses mais ne se privera pas pour autant d’expérimenter ces mariages originaux et même audacieux dont ne se privent ni les musiciens, ni les peintres ou les poètes.  Le seul garde-fou est le respect des saveurs. (…) la recherche d’un équilibre et d’une complémentarité.

(…) Mais ne sommes-nous pas assez grands pour ne pas vivre notre vie, librement, juste poussés par la curiosité, l’impulsion, l’envie d’expérimenter, de nous forger un goût par nous-mêmes, quitte à se casser le nez de temps en temps ? « .

Osez osez jeunes gens ! Vivez librement votre vie vineuse ! Soyez fougueux, curieux, et intrépides ! Tentez l’accord inédit et réussi pour les fêtes de Noël !

Associez le sandre de Loire et un Marsannay de René Bouvier, vos huîtres et un vin blanc de  Santorin, vos fromages à pâte persillée (roquefort and co) et un porto blanc Niepoort « 10 years old », une côte de bœuf maturée  et un vieux calvados, du gibier à poils ou à plumes et un majestueux Côte Rôtie de chez Guigal, du veau et un Bourgeuil de chez Yannick Amirault, votre Canard apicius au miel aux épices (copyright  Alain Senderens) et un vieux Banyuls de la Rectorie, un plat aux accents asiatiques et un Condrieu de Georges Vernay !

Bannissez sagement le foie gras en entrée ! Préférez-le en fin de repas accompagné d’un vieux porto, ou à défaut, d’un Madiran judicieusement sélectionné (NDLR : quelques pistes chez A. Brumont…). En effet, en début de repas, un liquoreux gâcherait la symphonie gustative de vos agapes…

Optez pour le vin blanc sur le fromage, il obtient incontestablement la palme de l’harmonie aromatique. Vendanges tardives d’Alsace ou Quarts de chaume de Loire et roquefort, vouvray demi-sec et camembert, sancerre et chèvre demi-sec, chignin et vieille tomme, condrieu et vacherin…

Vous ravirez alors vos invités… définitivement cocus malgré eux 😉

L’automne : entre coulées d’or et feuillages pourpres…

Itinéraire capiteux
img_3117

Les coteaux vermeils de la route des Grands Crus d’Alsace

« Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil,
Embrase le coteau vermeil
Que la vigne pare et festonne.

Père, tu rempliras la tonne
Qui nous verse le doux sommeil ;
Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil.

Déjà la Nymphe qui s’étonne,
Blanche de la nuque à l’orteil,
Rit aux chants ivres de soleil
Que le gai vendangeur entonne.
Sois le bienvenu, rouge Automne. »

L’automne, Théodore de Banville.

img_3116

Portrait « in wine » : Léon Mazzella (2/2)

Portraits "in wine"
Version 2

Crédit photo : Léon Mazzella

Suite et fin de l’interview de Léon Mazzella :

Pour vous, un grand livre est-il au-dessus d’un grand vin ?

Les deux ensembles, c’est bien, c’est mieux !

Quel vin faut-il boire en lisant le Rivage des Syrtes de Julien Gracq ?

Ce serait un vin austère. Julien Gracq (NDLR : Léon Mazzella l’a connu et rencontré à plusieurs reprises dans sa demeure de Saint-Florent-le-Viel sur les bords de Loire) cherchait les mots et mettait parfois des heures à trouver le mot juste. Son écriture est d’une austérité janséniste. Mais chez Julien Gracq, l’austérité est mise au service de l’image et de la métaphore. Il y a beaucoup de « comme », mais on ne les sent pas, ça passe, car il a cette volonté en écrivant de donner à voir, de montrer davantage que de démontrer. Ça c’est fort !

Je boirai donc soit un chenin, soit un viognier. Un condrieu « Les Chaillées de l’Enfer » de Georges Vernay par exemple pour des « Carnets du Grand Chenin » !

Selon vous, quel écrivain parle le mieux du vin ?  

Il n’y en a pas un. Ce sont des petits morceaux dans chaque œuvre. Jim Harrison parle bien de certains bourgognes et des grands bordeaux. Jean-Claude Pirotte bien sûr ! Pierre Veilletet ! Rabelais ça me gonfle…. Le vin et les jours d’Emile Peynaud, c’est fort aussi même si c’est un théoricien du vin qui parle.

Il n’y a pas d’ « écrivin » véritablement.  Il faut picorer dans tous les livres. Finalement, beaucoup en parlent par bribes.

Et puis, il y a aussi Jean-Paul Kauffmann, qui sait excellemment bien parler du vin. Le vin retrouvé, c’est un texte superbe ! (NDLR : il faut absolument lire l’anecdote sur la première rencontre de Léon Mazzella avec Jean-Paul Kauffmann dans Le Dictionnaire chic du vin). Tout est beau chez Kauffmann, y compris ses qualités humaines. C’est un des rares écrivains (avec Quignard et Baricco) pour lequel il m’est arrivé de relire immédiatement l’un de ses livres après l’avoir lu une première fois.

Et il y a aussi ce très beau texte du romancier japonais Kaiko Takeshi (Romanée Conti – 1935). La Romanée Conti, c’est une œuvre d’art. Le Romanée Conti force le respect !

Aimez-vous les BD sur le vin ?

C’est bien, c’est chouette et rigolo. Ce n’est pas ce qui me séduit le plus, mais je trouve cela très intéressant (ex : La Romanée Contée).

Dans Émilie, Gérard Oberlé écrit, « mon cœur est à la Bourgogne, mais ma gargoulette est volage ». A qui appartient votre cœur vineux ? Votre gargoulette est-elle volage ?

On a tous une femme-cépage à la maison, un grand cru, et des maîtresses vineuses. Le soyeux de la Syrah, c’est ce que je préfère. Où qu’elle se trouve, je la rejoins. Et puis, la curiosité me rend chien : j’aime plonger mon nez dans la verve inconnue, comme un korthals sa truffe dans la terre odoriférante. Question de « sentiment »…

Quel vin faut-il boire avant d’aller écouter le brame du cerf (la période est propice en ce mois d’octobre) ?

Un vin d’Alsace car j’y ai de grands souvenirs de l’écoute du brame.

Sinon je jouerai l’oxymore, un vin oxymorique, un vin d’une délicatesse absolue pour contrer le côté viril du brame. Un vin en dentelles… en pensant aux biches ! – Les flaveurs ineffables d’un Gevrey-Chambertin.

Quel est le vin que vous n’avez jamais bu et que vous rêveriez de boire ?

La Tâche, Richebourg. Ou alors un très grand vin blanc Allemand.

Pas un bordeaux, même si les grands bordeaux peuvent me mettre à genoux (Léon Mazzella évoque alors le souvenir ému d’un Léoville Las Cases 1961 et d’un Ducru-Beaucaillou 1970). Maintenant, mon palais est débordeauisé. J’en ai marre de ce côté rêche, un peu buvard, austère et ennuyeux chez les bordeaux.

Quel vin feriez-vous boire à votre pire ennemi ?

Aucun ! Na. Ou alors un Zinfandel de Californie, soit une tisane de bois bodybuildée, avec des arômes très éloignés du raisin.

Quel vin conseilleriez-vous à deux amoureux qui veulent se dire « je t’aime » ?

Une Côte Rôtie.

Un vin pour séduire une femme ?

Un Château Climens, 1er cru classé de Barsac.

Quel vin souhaiteriez-vous offrir à vos invités le jour de vos funérailles?

Comme je souhaite qu’un tiers de mes cendres soit dispersé sur l’île de Procida, c’est là-bas qu’on boira le vin blanc local au pichet et à volonté. C’est un vin de vie qui fait du bien.

Quel vin provoque chez vous un « vertige horizontal » (expression employée par Julien Gracq à propos des hauts plateaux de l’Aubrac, dans Carnets du grand chemin) ?

Une Côte Rôtie sans hésiter. Du côté d’Ampuis, la syrah est inégalable. Ni Blonde, ni Brune, une Côte Rôtie rousse peut-être ?

Pour vous, en résumé, qu’est-ce qu’un grand vin ?

Un grand vin, c’est un vin de circonstances. Il y a le partage, et les circonstances. Il y a aussi les vins de paysage.

J’ai par exemple souvenir de ce verre de Makila (un irouléguy orphelin, exagérément modeste, comme une piquette digne peut l’être) sur les cols d’Iraty pendant une chasse à la palombe. C’est une de mes premières rencontres avec le vin, j’ai seize ans. Toutes les circonstances sont là pour en faire un grand : les gens, le paysage, un vent à décorner les bœufs, l’attente des palombes. Un grand vin possède le goût des circonstances.

Dans le cadre des « Portraits in wine » que je réalise pour mon blog, qui me conseillez-vous de rencontrer après vous ?

Jean-Paul Kauffmann sans hésiter ! Aujourd’hui, c’est le Montaigne du vin. C’est un sage. Il saura parler de l’esprit du « sang de la vigne ».

Portrait « in wine » : Léon Mazzella (1/2)

Portraits "in wine"
img_0495

Crédit photo : Léon Mazzella

Léon Mazzella di Bosco est journaliste professionnel, éditeur, critique littéraire, professeur de presse écrite, écrivain (auteur notamment de l’enivrant  Dictionnaire chic du vin) et animateur du blog « littéraire et gourmand » Kally Vasco.

Interview réalisée le 24 septembre dernier à Paris,

autour d’un Chinon « La cuisine de ma mère » 2014  de Nicolas Grosbois :

D’où est né votre amour pour le vin ? Quel est l’évènement fondateur ?

J’ai 14 ans, j’habite à Bayonne et mon père me tend un verre de Vacqueyras d’un de ses copains vignerons, et me dit « goûte moi ça ! ». A cet âge, le vin m’est une vue de l’esprit. Je goûte ce vin qui m’est présenté et mon père me dit « hé oh vas-y mollo ». Et là, c’est un choc, le choc de la mourvèdre sans doute, alors que je suis devenu très syrah : c’est un choc organoleptique et sensoriel. Je découvre qu’un liquide ne fait pas que désaltérer, mais éveille mon cerveau. Dès cet instant, j’ai fait attention à chaque verre de vin qui s’est présenté à moi. Mon père a introduit avec tact une notion de respect par rapport à ce liquide qui n’est pas anodin quand on sait tout ce qu’il y a derrière….

Donc ce vacqueyras est ma madeleine vineuse, et Vacqueyras une de mes AOC préférées. J’ai tissé un vrai lien avec ce terroir.

Avez-vous fait de même avec vos enfants ?

Dès l’âge de deux ans, chaque verre de vin était présenté aux narines de mes deux enfants. Ils étaient invités à sentir, à ressentir et à s’exprimer… Ils ont donc appris à goûter le vin et non à le boire !

Qu’est-ce qu’il y a dans votre cave ? (Jean Carmet disait à Gérard Oberlé, avant de descendre dans sa cave,  « je vais dans ta bibliothèque »).

J’aime beaucoup cette phrase de Pierre Veilletet, mon premier rédacteur en chef : « La cave, c’est ce qui reste quand on a tout bu ».

Je n’ai pas de cave. Mon évier est le plus gâté de Paris, enfin de mon arrondissement, car je reçois à la maison pas mal de vins que je déguste pour les magazines. Le principe de la cave m’est assez étranger. Thésauriser pourquoi ? Je préfère avoir le plaisir fortuit de boire un vieux vin plutôt que de l’attendre (malgré mon amour pour l’attente).

Mais j’ai toujours chez moi des bulles et un blanc au frais (comme en ce moment un Rueda 2008 car c’est un vin qui vieillit très bien), et un rouge de Crozes-Hermitage qui traîne au cas où des amis rappliquent à l’improviste. Je privilégie les vins de copains, les petits vins sympas aux vins de frime.

L’humoriste américain W.C. Fields disait « je bois donc je suis ». Selon vous, faut-il boire pour parvenir à se connaître ?

Il faut voir…

Un de mes amis écrivain et journaliste, Christian Authier dit qu’ « il ne faut pas boire pour oublier, mais pour se souvenir ».

Il faut boire pour se souvenir et pour se « ressouvenir » ce qui est très important. On boit pour essayer de retrouver intacte une émotion, même si l’exercice est vain. « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » disait Héraclite, c’est pareil pour le vin ou alors on boit des parfums, des Chanel n°5; à jamais fixés.

Le ressouvenir ouvre la voie au syndrome qui nous habite en permanence : la comparaison. Dès qu’on se lève le matin, immédiatement on compare. On compare tout.

Vous vous qualifiez de « mercenaire en cavale ».  En parlant d’adepte de la cavale, Jean-Claude Pirotte faisait l’éloge de l’ivresse et revendiquait ouvertement son statut d’ivrogne (« Quant à moi, je me félicite d’avoir bu énormément à certaines époques de mes existences. Employé de banque, traîne-savates ou avocat, qu’est-ce que je pouvais picoler ! (…) Je n’ai pas pour autant perdu ma réputation d’ivrogne, à laquelle je demeure très attaché. Personne n’a besoin de savoir que je rêve. Afin de donner le change, il m’arrive encore de m’enivrer en public, le plus scandaleusement possible ». Menue monnaie, JC Pirotte).

Jean-Claude Pirotte exprime la fragilité. Je l’ai rencontré quelques fois, il était tout le temps bourré, il était toujours entre deux vins. Ça ne se voyait plus. Il avait cette fragilité du vin (celle qui s’installe dès qu’on ouvre une bouteille), l’évanescence, l’éphémère. C’était quelqu’un de très touchant. Quand il évoque les vins de bourgogne dans son dernier livre paru à titre posthume (Le Silence), c’est très beau ! C’est du haïku en prose, c’est du haïku allongé. Pour moi, le haïku, c’est un escalier à trois marches qui mène vers l’infini. Pirotte c’est fort. Bref, Château Pirotte, j’achète !

Jean-Claude Pirotte, encore lui, écrivait « Je n’y peux rien, dès qu’il y a de la vigne dans le paysage, je m’arrête ». Faites-vous de même ?

Moi je fais gaffe, je ne m’arrête pas systématiquement car je souffre de voir trop de vignes avec des sols transformés en plancher, en moquette, où il n’y a pas de vie, pas d’insectes, plus d’oiseaux ! Y’a rien ! Ce sont des sols qui m’évoquent des rangées de militaires dans un passage en revue. Il y a trop de vignes aujourd’hui qui ne donnent pas envie de s’arrêter : j’ai mal à elles… 

En revanche, je m’arrête dès qu’il y a des vignes vivantes, des vignes folles. On retrouve Colette (Les vrilles de la vigne). Je me réjouis toujours d’entendre un vigneron vous dire : « regardez ce papillon, on le voyait plus, il est revenu ». Tous ces insectes, notamment les sauterelles, sont des marqueurs écologiques.

Pierre Veilletet écrit cette très belle phrase dans Le vin, leçon de choses, « Certains paysages tendent à l’épopée, d’autres appellent l’élégie. Le vignoble est haïku. » Quel paysage viticole vous émeut le plus ?

J’aime les vignobles qui regardent la mer. Il y en a trois :

  • Des vignes rarissimes, d’une grande humilité qui poussent sur « ma » petite île de Procida (4 km²) dans la baie de Naples. C’est l’île du citron et du vin blanc, simple et humble, servi au pichet à 5 euros le litre. C’est friand, ça sent bon la pêche et le citron. Ces vignes méditerranéennes n’ont jamais subi le moindre intrant depuis Virgile, donc elles sont folles…. A la va-là comme je te pousse. Quand je les vois, j’ai l’impression d’être dans l’Antiquité, chez Noé.
  • En Andalousie, le vignoble atlantique de Sanlucar de Barrameda, qui produit la manzanilla.
  • Le vignoble de txakoli, enfin, un vin blanc sec, un peu perlant, un peu vert, qui naît près de San Sébastian. Les vignes sont à flanc de coteau devant l’océan. Ça respire la force basque, le vin canaille. Ces vignes ont un côté sauvage, un côté paimpolesque aussi, comme si elles attendaient quelque chose, un retour. Elles sont frappées par les éléments du large. Ce sont des vignes de prés salés.

Quelles sont les personnes qui ont été décisives dans votre perception du vin ?  

Mon père.

Émile Peynaud, œnologue qui avait un discours d’une simplicité inouïe. Je l’ai rencontré à plusieurs reprises et une fois, il m’avait d’ailleurs gentiment ouvert un Château Margaux… Il m’a ébloui par son discours simple, et par sa vraie grande sagesse. C’était le sage qui parlait du vin.

J’ai aussi aimé Denis Dubourdieu, mais il était trop chimiste pour moi.

Jean-Claude Berrouet, œnologue, qui a vinifié 40 millésimes à Pétrus. C’est désormais son fils qui y officie comme maître de chai à Pétrus. Il m’a frappé par son discours sur le merlot.

Vous évoquez dans votre Dictionnaire chic du vin, certains critiques, journalistes et autres professionnels de la profession chez lesquels le pédantisme, le snobisme et le jargon l’emportent souvent sur le plaisir. (« Certains parlent du vin comme ils parleraient d’acide chlorhydrique ou comme un universitaire faisant l’appareil critique d’une Pléiade. Je plaide plutôt pour le langage du sens et des sens. »)

Les dégustateurs m’emmerdent, ce sont des robocops de l’analyse, qui oublient en effet la dimension du plaisir. Ils sont dans le froid. Ils font du vin un produit pète-sec, sérieux (NDLR : je vous renvoie d’ailleurs au Dictionnaire chic du vin, où Léon Mazzella évoque dans le chapitre « sexe » une anecdote croustillante lors d’une dégustation à Margaux au Château Lascombes où ça sentait « le sexe de femme en sueur… »). Il faut être spontané, dire ce que l’on ressent. Il ne faut pas avoir peur : un dégustateur néophyte est souvent plus près de la vérité que le dégustateur pontifiant et jargonneux qui parle de pierre à fusil ou de selle de cheval. Il faut parler avec sa sensibilité, son cœur, ses tripes. Quand on parle du vin, le langage amoureux n’est pas loin. Il faut relire Omar Khayyam et Abû Nuwâs !

A suivre…

Un vin de contemplation

La Loire comme vous ne l'avez jamais bue...

IMG_5502

Les Aiguilles de Port Coton (Belle-Ile), c’est un peu la baie d’Along de la Bretagne. Paysage sublime, qui a inspiré les peintres impressionnistes, c’est ici que l’océan vient chaque jour goûter à la saveur la plus occidentale de l’Ancien Monde. Il y bave de toute son écume dans un chaos de vagues assourdissant, d’où émergent des dents de schistes noirs aux allures diaboliques.

En fin de journée, le spectacle est grandiose lorsque le soleil vient se noyer dans la mer.

IMG_5479

Les deux soleils de Port Coton

Pour rendre hommage au soleil disparu en mer, il convient alors de le faire briller dans le verre ! Et quoi de mieux qu’un vin blanc issu d’un terroir de schistes pour rendre hommage à ce paysage marin… , en ces termes si poétiques…

IMG_5544

IMG_5546

Clos de l’ELU, IGP Val de Loire, cuvée Désirade, 100% sauvignon passé en fût. Un vin au boisé discret, rond. Une bombe de fruits jaunes (on dirait presque du chenin) !

IMG_5548

IMG_5527

 »

Le vin d’une vie ?

Actualité vineuse

En lisant cette sympathique bande dessinée vineuse (comme il en sort de plus en plus ces derniers temps) intitulée « Un Grand Bourgogne Oublié », – qui fait d’ailleurs la part belle à un formidable et attachant vigneron du Mâconnais (Emmanuel Guillot du domaine Guillot-Broux, pionnier du bio !) – je me disais que nous avons effectivement tous en nous un vin qui nous parle plus que les autres… et qui a définitivement une place à part dans notre panthéon vineux …

Red Wine glass and Bottle

Un vin qui nous colle une chair de poule incurable, qui nous berce d’émotions inégalées ! Un vin qui fait écho à ces phrases célèbres :

« A l’instant même où la gorgée (…) toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. II m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? »

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913.

En ouvrant une bouteille de ce vin, ce sont soudainement les portes du paradis qui s’ouvrent. En finissant la bouteille, il redevient une quête infinie, une obsession… Bref, il vous hantera toute votre vie « pinardière »…

Pour ma part, c’est un Grand Cru de Chambertin… un Charmes (il porte bien son nom !)… et pour vous, qui est-il ?