« En septembre, en attendant la suite »… la maturité des raisins, il se peut, qu’arrive la limite !

Littérature spiritueuse

98612569

« Vendanges, joies précipitées, urgence de mener au pressoir, en un seul jour, raisins mûrs et verjus ensemble.

Rythme qui laisse loin la large cadence des moissons. Plaisir plus rouge que les autres plaisirs.

Chants, criailleries enivrées, puis silence, retraite du vin, sommeil du vin neuf, cloîtré, devenu intangible,

Retiré des mains tachées qui miséricordieusement le violentèrent. »

Colette

98612590

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s