Figeac en la mineur !

Littérature spiritueuse

Ramón Gómez de la Serna 1Comme le faisait remarquer le célèbre écrivain espagnol Ramon Gomez de la Serna, dont le penchant pour les décolletés féminins n’a pas son pareil (cf son livre intitulé Seins, sorte d’hymne à l’attribut féminin) :

« Il y a, au commencement de chaque grand repas deux sortes de regards furtifs :

celui qu’on lance vers le décolleté de la belle madame, celui qu’on lance vers l’étiquette de la bonne bouteille. »

Ce soir-là, chez mes hôtes d’un soir, suivant les précieux conseils de Gomez de la Serna, je lance furtivement un regard sur… l’étiquette… qui afficha Figeac 1989…

14082411291776073

Cela me fit songer à ce magnifique éloge du Figeac signé Pierre Desproges :

« J’avais commandé un Figeac, mon Saint-Emilion préféré, introuvable, sublime, rouge et doré comme peu de couchers de soleil.

Profond comme un la mineur de contrebasse. Éclatant en orgasme au soleil.

Plus long en bouche qu’un final de Verdi. Un vin si grand que Dieu existe à sa seule vue. »

Incontestablement un vin superbe, pour une magnifique occasion…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s