Un beaujolais au sommet… ou quand le gamay se mue en pinot noir !

Itinéraire capiteux

SAM_4073

– Château des Jacques Moulin-à-Vent « Clos des Thorins » 2005 –

Une bouteille dont il me tenait à cœur de prendre des nouvelles et que j’avais encavée il y a plusieurs années au prix modique d’environ 20 euros. Ouverte donc il y a quelques jours pour voir ce que ce vin exprime 10 ans après sa naissance dans ce superbe millésime. Et je n’ai pas été déçu…

Château des Jacques :

SAM_4075

Ce domaine phare de l’AOP Moulin-à-Vent a été acheté par la maison Beaunoise Louis Jadot en 1996. Le style « bourguignon »  (= vinification à la bourguignonne : raisins scrupuleusement triés, égrappés, longue macération, pigeages réguliers, cuvées parcellaires) des vins produits leur donne une patte unique dans cette région viticole, et fait régulièrement le calvaire des dégustateurs à l’aveugle…

Depuis quelques années, d’autres vignerons bourguignons se sont inspirés de cette vision originale du gamay dont le château des Jacques fut l’un des grands instigateurs.  Ainsi, les domaines Latour, Bouchard, Liger-BelAir, Vincent Girardin ont choisi de s’implanter dans le Beaujolais… pour notre plus grand bonheur ! 😉

Parcelle « Clos des Thorins » :

SAM_4074

Située au cœur du grand amphithéâtre des vignes de Moulin-à-Vent, cette parcelle est un véritable solarium qui concentre l’action directe du soleil et se gorge de la chaleur restituée par les parcelles granitiques l’entourant.

SAM_4078

Verdict de dégustation :

Ce vin est déjà une pure merveille ! Un jus équilibré, racé, d’une grande amplitude, « pinotant » comme un premier cru de la Côte de Beaune. Un vin gourmand et très concentré : une bombe de  cerises noires, de mûres, avec de la réglisse et des épices. Comme dirait non sans humour l’écrivain et bon buveur Sylvain Tesson, « le fruit est dans le verre »  ! Le boisé (10 mois dans des fûts neufs) est déjà parfaitement digéré, les tanins sont très soyeux.

Ce vin dégage une telle fraîcheur qu’il paraît d’une étonnante jeunesse. Et puis, quelle puissance, quelle longueur et quelle finesse, tant de qualités peu fréquemment réunies dans les vins du Beaujolais ! A l’aveugle, on pourrait presque le confondre avec un Pommard dans une année solaire.

20150430_194445

Un duo 100% fraîcheur : fraîcheur ligérienne et fraîcheur bojolpifienne ! 😉

Plus d’infos sur ce domaine : http://www.chateau-des-jacques.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s