Le vin noir de la mélancolie

Itinéraire capiteux

solar_10

El Desdichado

« Je suis le ténébreux, – le veuf, – l’inconsolé,
Le prince d’Aquitaine à la tour abolie
Ma seule étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.
Dans la nuit du tombeau, toi qui m’as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le pampre à la rose s’allie.

 

Suis-je Amour ou Phébus ? … Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la reine ;
J’ai rêvé dans la grotte où nage la sirène…

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron ;
Modulant tout à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la sainte et les cris de la fée. »

Gérard de Nerval, Les Chimères (1854)

Quel vin boire en lisant ce poème romantique de Gérard de Nerval ?
Un vin d’encre, un black wine ! La perle noir de Cahors, la cuvée La Fage du domaine Cosse-Maisonneuve, idéale pour voguer vers les rives du pays des rêves où résonne la lyre d’Orphée.
domaine-cosse-maisonneuve-la-fage-2010
Comme ce « soleil noir », ce vin est l’oxymore de Cahors, une explosion de fruits noirs (myrtilles, mûres) portée par des tanins de velours. La Fage est un Cahors élégant, souple et digeste, à l’opposé de certains vins lourdingues et aux tanins putassiers, qui sont encore trop légion dans cette appellation et dont « la bouche est courte et creuse comme un haïku de Francis Lalanne » (Léon Mazzella, Le Dictionnaire chic du vin) !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s