Le paradis d’Irancy

Dithyrambe de la Bourgogne vineuse

IMG_5631Le village d’Irancy se love secrètement au creux d’un vallon de l’Yonne. Ce vignoble qui vit dans l’ombre de Chablis mérite qu’on s’y attarde. En effet, il embrasse un paysage incroyable : il forme un véritable cirque de vignes (« un fer à cheval »), où à l’horizon, apparaissent les monts du Morvan.

IMG_5655

Tout autour du village, le fer à cheval égrène un chapelet de lieux-dits sur 170 ha, dont les parcelles les plus qualitatives s’appellent Paradis, Mazelots, Côte du Moutier, Paradis, Vaupessiot, et la célèbre Palotte… dont l’orientation « sudiste » et la pente forte est source de vins concentrés aux arômes de fruits des bois et de griotte.

IMG_5658

Ici règnent le pinot noir et le césar (implanté lors de l’invasion de la Gaule par les Romains) sur 3% de la superficie du vignoble. Actuellement, le césar (qui peut entrer à hauteur de 10% maximum dans une cuvée d’Irancy) a fortement régressé : c’est un cépage rustique (il donne des vins tanniques, âpres et canailles !),  dont on parle plus qu’on en boit !

Entre les rangs de vignes qui poussent sur un sol kimmeridgien comme à Chablis, alternent cerisiers et autres arbres fruitiers (un bel exemple d’agroforesterie). Au creux de ce cirque viticole, on trouve un village épargné par le temps, aux toits de tuiles pentus parmi lesquels émerge un solide clocher carré médiéval. Le clocher de l’église Saint-Germain, imposant pour un bourg de cette taille, rappelle qu’au Moyen Âge, les vignes d’Irancy appartenaient aux moines de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre.

SAM_2780

L’église d’Irancy (Jean Desmeuzes)


L’église d’Irancy
Garde le jour, la nuit,
Les caves et les granges.
L’église d’Irancy
Veille sur les vendanges.
Mais elle veille aussi
Sur le bois des tonneaux,
Sur les paniers à fruits,
Sur la ruelle où vieillit
La maison de Soufflot.
Elle garde les nids
Pour que tous les oiseaux,
Le temps venu, s’exilent
Et fassent, au coteau,
La fête des cerises.
Elle garde le vin
Dans les lourdes barriques,
Elle garde les biques
Comme un vieux capucin.
Elle garde les pierres
Des espoirs ancestraux,
Elle garde d’hier
Nos amours à huis clos.

SAM_2755

Il y a deux moments magiques qu’il ne faut pas absolument rater à Irancy : le premier, début novembre, lorsque le vignoble se pare de ses plus belles couleurs automnales, et le second, au printemps (avril) lorsque les cerisiers se livrent à une débauche de pétales blancs.

SAM_2760

SAM_2758

SAM_2785

Côté vignerons, voici à mes yeux le « big five » de l’appellation :

  • Domaine Colinot produit une large gamme de cuvées parcellaires, dans un style traditionnel mais terriblement attachant.
  • David Renaud est l’étoile montante de l’appellation : ses vins sont sur l’élégance et la finesse.
  • Thierry Richoux tutoie les sommets avec ses Vaupessiots de garde.
  • Domaine Goisot (qui se trouve dans le village proche de Saint-Bris-le-Vineux) produit un Irancy « Les Mazelots » très qualitatif, proche d’un Côte de Nuits village.
  • Quant à Vincent Dauvissat, célèbre vigneron de Chablis, il produit un Irancy de haute volée.
IMG_5636

Stéphanie Colinot

Actuellement les 2012 se goûtent admirablement bien, l’un des derniers grands millésimes de l’appellation… avant que la grêle ne vienne tout ravager en mai 2016…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s