Pour les fêtes de fin d’année, le meilleur des mariages entre vin et mets, c’est l’adultère !

Actualité vineuse

 

cranach-l-ancien-le-christ-et-la-femme-adultere-1532

Le Christ et la femme adultère, Lucas Cranach l’Ancien

Cette phrase n’est pas de moi, mais de Christian Millau, créateur du guide gastronomique éponyme, dans Le Petit Roman du Vin

A l’approche des fêtes de Noël, elle prend tout son sens ! Écoutons ce que nous confie cet amateur éclairé des plaisirs de la bonne chère :

« Le (bon) goût a besoin de normes. Le musicien a ses notes, le peintre ses tubes de couleur et l’amateur de la table veut entendre la petite musique qui résonne harmonieusement entre la texture d’un vin et celle d’un mets. Donc, il évitera les fausses notes et les unions malheureuses mais ne se privera pas pour autant d’expérimenter ces mariages originaux et même audacieux dont ne se privent ni les musiciens, ni les peintres ou les poètes.  Le seul garde-fou est le respect des saveurs. (…) la recherche d’un équilibre et d’une complémentarité.

(…) Mais ne sommes-nous pas assez grands pour ne pas vivre notre vie, librement, juste poussés par la curiosité, l’impulsion, l’envie d’expérimenter, de nous forger un goût par nous-mêmes, quitte à se casser le nez de temps en temps ? « .

Osez osez jeunes gens ! Vivez librement votre vie vineuse ! Soyez fougueux, curieux, et intrépides ! Tentez l’accord inédit et réussi pour les fêtes de Noël !

Associez le sandre de Loire et un Marsannay de René Bouvier, vos huîtres et un vin blanc de  Santorin, vos fromages à pâte persillée (roquefort and co) et un porto blanc Niepoort « 10 years old », une côte de bœuf maturée  et un vieux calvados, du gibier à poils ou à plumes et un majestueux Côte Rôtie de chez Guigal, du veau et un Bourgeuil de chez Yannick Amirault, votre Canard apicius au miel aux épices (copyright  Alain Senderens) et un vieux Banyuls de la Rectorie, un plat aux accents asiatiques et un Condrieu de Georges Vernay !

Bannissez sagement le foie gras en entrée ! Préférez-le en fin de repas accompagné d’un vieux porto, ou à défaut, d’un Madiran judicieusement sélectionné (NDLR : quelques pistes chez A. Brumont…). En effet, en début de repas, un liquoreux gâcherait la symphonie gustative de vos agapes…

Optez pour le vin blanc sur le fromage, il obtient incontestablement la palme de l’harmonie aromatique. Vendanges tardives d’Alsace ou Quarts de chaume de Loire et roquefort, vouvray demi-sec et camembert, sancerre et chèvre demi-sec, chignin et vieille tomme, condrieu et vacherin…

Vous ravirez alors vos invités… définitivement cocus malgré eux 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s