BRIN d’herbe !

Itinéraire capiteux

Le printemps est la saison idéale pour goûter à la « plénitude herbeuse », comme nous y invite avec une grande érudition l’historien Alain Corbin dans son dernier ouvrage La fraicheur de l’herbe, histoire d’une gamme d’émotions.

L’herbe de la verte prairie est une invitation au repos après de longs agapes … (cf Le déjeuner sur l’herbe)

IMG_0659

Le balancier des hautes herbes face aux assauts du vent et le frémissement rythmique des élytres sont une invitation à la sereine rêverie, à la contemplation, à l’impressionnisme…

IMG_0670

« De hautes graminées mobiles, légères, d’espèces diverses, et parmi elles des fleurs jaunes, ou roses, indistinctes, nombreuses et diverses elles aussi, à peine mieux connues. L’herbe haute, légère, qui tremble sans aucune apparence d’effroi ou seulement d’agitation, qui vibre plutôt, et c’est le soir, le long soir où volent les martinets.  (…) Un frémissement de tiges fines, droites, porteuses de graines, à peine attachées à la terre bien que liées à sa noire profondeur. Comme si la terre s’affinait en montant vers le ciel pur, lui tendait ces offrandes sans poids, à la rencontre de la pluie, leur sœur. (…) Une étendue animée, accueillante, rassurante, fraîche. La terre qui se modifie en surface, sous le ciel, qui se divise, s’allège, s’anime et monte. On ne saurait parler d’un chant ; à peine d’un chantonnement. Si près de nous. Si simple. »

Philippe Jaccottet, Beauregard, trois fantaisies.

IMG_0678

Humer le parfum de l’herbe fraîchement coupée, se laisser bercer par la douceur de l’herbe tendre, voire même se laisser aller à mordiller un brin d’herbe…

… ou plutôt un brin de vin !

thumbnail

Domaine de Brin, AOP Gaillac, Cuvée Brin de Temps, 2016 :

Un vin dense et pulpeux, digeste et élégant. Le nez est dominé par les fruits noirs comme la mûre, le cassis auxquels s’ajoutent des parfums de fleurs (violette, pivoine) et des notes d’épice et de réglisse. L’attaque  est gourmande et intense avec un joli fruit profond et frais. Les tannins sont soyeux.

Vinification : cuvée composée de deux cépages (Duras 50%, Braucol 50%) ssus de vignes trentenaires poussant sur un sol argilocalcaire.  Le rendement est faible : environ 20hl/ha. la récolte des raisins est manuelle (élimination des rafles pour vinifier seulement les baies de raisins). La fermentation est spontanée avec les levures indigènes naturellement présentes sur la peau du raisin. La cuvaison dure environ 25 jours avec un pigeage manuel alterné de quelques remontages pour favoriser l’extraction de la couleur, des tannins et des arômes. L’élevage dure 22 mois en barriques, est réalisé sans foure. La mise en bouteille se fait sans filtration préalable et avec un très faible sulfitage.

Au domaine de Brin, la conduite du vignoble en culture biologique a pour but de favoriser la vie des sols en laissant un enherbement naturel permanent et un travail du sol uniquement entre les ceps. Les vignes sont presque « folles » tant les rangs sont enherbés (luzerne sauvage, plantain lancéolé etc), sauf sous les ceps où la tonte est alternée… « Lherbe c’est la vie » comme le clame Damien Bonnet, ce jeune vigneron pétri de talent qui incarne le renouveau de l’appellation Gaillac !

Domaine de Brin 44

IMG_0661

Prairie d’orchidées (Orchis mascula) et de boutons d’or (Ranunculus repens)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s